Rechercher
Rechercher

Fauchage raisonné: une approche éco-responsable

Retour
Environnement Le mardi 09 juillet 2019

Fauchage raisonné: une approche éco-responsable

L'herbe est haute à certains endroits ? Le fauchage n'est pas réalisé à date fixe comme avant ? Ce n'est pas de la négligence ou un manque d'entretien des espaces enherbés mais un entretien différent dans le cadre d'une démarche développement durable : c'est le fauchage tardif ou raisonné. La Ville de Montélimar a ainsi décidé de protéger la microfaune, de permettre la diversification de la flore et de favoriser la nidification des oiseaux.

Depuis plusieurs années, la Ville s'est engagée dans une démarche de respect de l'environnement et de protection de la biodiversité en excluant l'usage des produits phytosanitaires sur l’ensemble des espaces verts. Les insecticides, pesticides et autres désherbants et fongicides ont laissé la place à des techniques alternatives dans la gestion et l'entretien des espaces verts de la commune, en favorisant le développement des insectes auxiliaires, en sélectionnant des plantes plus résistantes et plus diversifiées, en utilisant des produits de traitement biologiques et naturels, et en réalisant des tontes tardives.

Ce fauchage tardif consiste à laisser enherbées certaines zones afin de préserver la biodiversité, en respectant le cycle naturel des plantes et l’aspect esthétique : petit à petit, on laisse l’herbe se réimplanter, les mauvaises herbes deviennent des végétaux spontanés, les insectes auxiliaires viennent supplanter les produits chimiques. Certaines zones enherbées ne sont ainsi que partiellement fauchées, les tontes sont plus courtes et plus tardives, le débroussaillage des fossés et des talus est repoussé à l'automne et des herbes peuvent faire leur apparition sur certains trottoirs. Le fauchage tardif permet notamment aux oiseaux de nicher et d'élever leur petits tranquillement sans risquer d’être broyés par l’épareuse.

Les bords de route, les fossés et les espaces en herbe constituent des prairies naturelles, de véritables refuges écologiques permettant aux espèces animales et végétales présentes de se déplacer, se nourrir, se reproduire. En limitant les surfaces fauchées et les fréquences de passage, on préserve leurs habitats. On peut ainsi y trouver des espèces de plantes et d'insectes remarquables, devenus rares dans notre paysage. Cette technique permet également de réaliser des économies. En effet, le fauchage trop bas induit une usure plus forte des couteaux de fauchage, des risques de casse du matériel et une surconsommation de carburant inutile. On laisse faire la nature, on la préserve !

Et nos petits bêtes ?

Trois questions à Catherine Autajon, adjointe à l'environnement et à la sécurité

Quel est le rôle du rucher urbain installé depuis plusieurs années dans les jardins suspendus de la Chapelle des Carmes ?

"Promouvoir et protéger la biodiversité en favorisant le rôle de pollinisateur des abeilles, tel est l'objectif de ce rucher urbain, projet initié par nos conseillers municipaux juniors très attachés à la protection de l'environnement. Véritable outil pédagogique, cette installation comprenant 7 ruches et plus de 400 000 abeilles participe à la sauvegarde de l'espèce tout en permettant la récolte annuelle d'une centaine de kilos de miel urbain de grande qualité."

Le troupeau de brebis a également fait son retour sur les berges du Roubion et du Jabron cette année...

En effet... Le débroussaillage mécanique des berges a laissé place depuis plusieurs années à une technique plus économique et plus écologique : la présence de ce troupeau de plus de 300 brebis pendant la période estivale. Outre l'aspect écologique, en luttant contre la prolifération de l'ambroisie, ce troupeau offre un aspect pédagogique aux familles et aux écoliers montiliens à l'occasion de la tonte des brebis notamment.

Et les Montiliens continuent d'adopter la poule attitude...

"Grâce au soutien de la Ville, cette année, comme les deux années précédentes, une vingtaine de familles montiliennes ont en effet adoptées la « poule attitude ». Bénéficiant du don d'un poulailler et de deux poules pondeuses, ces foyers se sont engagés dans une démarche de protection de l'environnement et de valorisation de l'économie verte en réduisant leurs déchets ménagers... tout en profitant d'oeufs frais."