Rechercher
Rechercher

Lutter contre le désert médical !

Retour
Solidarité-Seniors Le mercredi 17 juillet 2019

Lutter contre le désert médical !

Alors qu'auparavant la désertification médicale touchait principalement les zones rurales, éloignées des centres urbains, de nombreuses villes, dont Montélimar fait malheureusement partie, sont confrontées à un manque cruel de médecins généralistes. Afin d'inverser cette spirale négative, le Maire de Montélimar Franck Reynier et l'adjointe aux affaires sociales Françoise Capmal, ont souhaité proposé un projet: une maison de santé. Rencontre avec Françoise Capmal.

Montelimag : Trouver un médecin disponible, trouver un médecin tout simplement pour les nouveaux arrivants ressemble à un parcours du combattant. Comment expliquez-vous cela ?

Françoise Capmal : Je vois deux raisons principales : le numérus clausus qui limite le nombre de médecins à la sortie de l'école et le vieillissement de la profession. Sur le premier point, l'Etat a assoupli sa position et depuis quelques années, le plafond a été relevé.

Montelimag : Quelle va être les effets d'un plafond relevé ?

Françoise Capmal : Le nombre total de médecins va augmenter. Mais la difficulté provient également du fait qu'au regard de la complexité et de la haute qualité de sa formation, il faut 8 à 12 ans pour qu'un médecin puisse exercer ! Il y a donc forcément un décalage entre les choix et leurs effets. Quand ceci se conjugue avec un départ en retraite important de médecins, vous aboutissez à la situation actuelle.

« Mettre en place une maison de santé composée de médecins salariés »

Françoise Capmal, adjointe aux affaires sociales

 

Montelimag : C'est donc pour inverser cette spirale négative que la Ville de Montélimar a décidé de prendre les devants ?

Françoise Capmal : C'est exact. La première étape a été de rencontrer en février les médecins exerçant dans l'agglomération de Montélimar afin d'échanger avec eux sur le meilleur moyen d'augmenter le nombre de praticiens. Il est apparu que la situation la plus satisfaisante était la mise en place d'une maison de santé composée de médecins salariés, qui proposerait une offre complémentaire aux médecins libéraux.

Montelimag : Quelle est la position de l'Agence Régionale de Santé ?

Françoise Capmal : Avec Franck Reynier, Maire, nous avons rencontré le Directeur régional de L'Agence Régionale de Santé (ARS), structure étatique qui a compétence quant au nombre de médecins, généralistes ou spécialistes. Un projet ambitieux ne peut donc qu'être  construit en partenariat avec l'ARS. Nous avons eu l'idée d'intégrer ce projet de maison de santé dans le dispositif Action Coeur de Ville destiné à redynamiser le centreville de Montélimar. Cette démarche, et l'orientation donnée a été confirmée par le Directeur de l'ARS, qui a confirmé son soutien courant mai, tant sur le plan technique, que médical ou financier. Il est donc tout a fait envisageable que sur ce dossier sensible, les choses évoluent positivement dans les prochains mois.