Rechercher
Rechercher

COVID-19 INFORMATIONS


Le stade 1 a pour objectif de freiner "l’introduction du virus sur le territoire", le 2 de "freiner" sa propagation, et le 3, actuel, "d’atténuer les effets de la vague épidémique".
La prochaine étape sera le stade 4 : il est synonyme d'un retour à la normale. 

 
  • Vendredi 27 mars : Le Premier Ministre a annoncé aujourd'hui le prolongement du confinement général de la population pour deux semaines supplémentaires, soit jusqu'au 15 avril prochain au moins, pour lutter contre l'épidémie de coronavirus.
  • Nouvelle attestation dérogatoire de sortie, valable à partir du mercredi 25 mars

Elle est valable pendant toute la durée des mesures de confinement et n’a donc pas à être renouvelée tous les jours.

Interdiction de sortir de chez soi de 21h à 6h du matin sauf pour motifs professionnels ou médicaux.  Tous les professionnels de santé ou concourant aux besoins vitaux de la nation seront évidemment exemptées. La Police Municipale, en lien avec la Police Nationale, sera en charge d’appliquer ce présent arrêté.

  • Infos Montélimar mesures sanitaires

    • Jeudi 19 mars 2020

      Franck REYNIER, Maire de Montélimar, Président de Montélimar Agglomération

      Madame, Monsieur,

      La crise sanitaire qui nous touche est grave et nous devons tous en prendre pleinement conscience, adapter nos comportements, et mettre en place les mesures barrières recommandées.

      Après avoir relayé les directives de l'Etat aux conseillers municipaux et aux différents services de la ville et de l'agglomération, j’ai souhaité installer avec vous une communication directe sur les évolutions de la situation et les conduites à tenir à Montélimar et sur notre Agglomération.

      Permettez-moi pour commencer de remercier celles et ceux qui sont engagés pleinement dans ce combat.

    • Merci aux personnels de santé, médecins, infirmiers, soignants, et tous ceux qui permettent le fonctionnement de nos établissements et de nos services de soins et de secours.

    • Merci aux forces de l’ordre et aux militaires qui assurent le respect de ces mesures indispensables.

    • Merci aux agents de la Ville et de l’Agglomération qui maintiennent le fonctionnement de nos services.

    • Merci à tous ceux qui assurent les fonctions essentielles à notre vie quotidienne, commerces alimentaires, artisans, postiers, entrepreneurs, télé-travailleurs…

    • Merci à tous ceux qui par leur attitude, contribuent à limiter la propagation de ce virus.

      Comme vous le savez, depuis mardi midi, des restrictions de déplacements sont imposées et des contrôles effectués.

      Le déplacement hors de votre domicile est interdit à l'exception de ceux pour les motifs suivants :

    • Déplacements entre le domicile et le lieu d’exercice de l’activité́ professionnelle, lorsqu’ils sont indispensables à l’exercice d’activités ne pouvant être organisées sous forme de télétravail (sur justificatif permanent) ou déplacements professionnels ne pouvant être différés ;

    • Déplacements pour effectuer des achats de première nécessité dans des établissements autorisés (liste sur gouvernement.fr) ;

    • Déplacements pour motif de santé ;

    • Déplacements pour motif familial impérieux, pour l'assistance des personnes vulnérables ou pour la garde d'enfants ;

    • Déplacements brefs, à proximité du domicile, liés à l'activité physique individuelle des personnes, à l'exclusion de toute pratique sportive collective, et aux besoins des animaux de compagnie.

      Vous devez vous munir, lors de vos déplacements, de l’attestation dérogatoire de déplacement (en ligne sur le site https://www.interieur.gouv.fr/Actualites/L-actu-du-Ministere/Attestation-de-deplacement-derogatoire-et-justificatif-de-deplacement-professionnel ) vous permettant de le justifier. Des contrôles sont effectués dans plusieurs points de la ville. Les déplacements injustifiés sont punis d'une amende de 135 €.

      Jusqu’à nouvel ordre, tous les lieux recevant du public non indispensables à la vie du pays sont fermés. Il s’agit notamment des restaurants, cafés, cinémas, discothèques, commerces à l’exception des commerces essentiels.

      Il existe une liste détaillée des établissements autorisés à ouvrir, notamment tous les points de vente et les marchés alimentaires, les lieux de culte, les pharmacies, les stations essence, les banques, les bureaux de tabac et de presse, et tous les services publics essentiels.

      Vous devez aussi limiter la constitution de stocks alimentaires. Il n'existe aucune pénurie et les déplacements pour faire vos courses quotidiennes sont autorisés.

      Les crèches, les établissements scolaires publics et privés et les universités sont fermés depuis le lundi 16 mars 2020 et pour une durée d’au moins 15 jours sur l’ensemble du territoire national.

      Un service minimum d’accueil en crèches et en école à destination des enfants des personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire a été mis en place.

      Il concerne :

    • tout personnel travaillant en établissements de santé publics/privés : hôpitaux, cliniques, SSR, HAD, centres de santé ...

    • tout personnel travaillant en établissements médico-sociaux pour personnes âgées et personnes handicapées : maisons de retraite, EHPAD, USLD, foyers autonomie, IME, MAS, FAM, SSIAD ...

    • les professionnels de santé et médico-sociaux de ville : médecins, infirmiers, pharmaciens, sages- femmes, aides-soignants, transporteurs sanitaires, biologistes, auxiliaires de vie pour personnes âgées et handicapées...

    • les personnels chargés de la gestion de l’épidémie des agences régionales de santé (ARS) et ceux affectés à l’équipe nationale de gestion de la crise,

    • les personnels chargés de l’aide à domicile.

      Dès que l’un des deux parents travaille dans une de ces catégories, les enfants bénéficient du service minimum d’accueil.

      Pour Montélimar et son Agglomération, l’accueil des enfants concernés se fait :

    • Pour les enfants de 0 à 3 ans, à la crèche de Montlouis, Rue Beethoven à Montélimar.

    • Pour les élèves de maternelles et d’élémentaires, à l'école de Maubec, Rue Louis Chancel à Montélimar, y compris le mercredi dans le cadre d’un centre de loisirs.

    • Pour les collégiens, les services de l’Education nationale seront informés de vos demandes et nous vous accompagnerons dans vos démarches.

    • Les assistantes maternelles agrées recevant des enfants à leur domicile peuvent continuer d’exercer leur activité.

      Tous les dispositifs de solidarité entre parents pour assurer la garde des enfants doivent être encouragés, en veillant à limiter le nombre d’enfants accueillis par adulte.

      L’accueil en mairie est limité au strict minimum.

    • Le Guichet unique sera ouvert du lundi au vendredi sur RDV de 9h à 12h, exclusivement pour les démarches liées aux naissances et aux décès (en appelant le 04 75 00 25 14).

    • Aucun mariage n'est célébré jusqu'à nouvel ordre.

    • Les cimetières sont fermés au public sauf pour les obsèques et les travaux des pompes funèbres pour leur organisation (hors gravure des marbres). Une astreinte est mise en place au 04 75 00 25 97.

    • Pour le stationnement, les parkings de surface (barrières et horodateurs) sont gratuits. Le service d'accueil des parkings souterrains est fermé. Une astreinte est assurée au 06 07 81 57 62.

    • Le service foires et marchés est fermé. Les dossiers peuvent être transmis par courrier. Seuls les marchés alimentaires sont autorisés et les camions type food trucks ou pizza déjà autorisés. 

    • Le CCAS fonctionne par permanence téléphonique du lundi au vendredi de 8h à 12h et 14h à 17h au 04 75 00 26 02 avec possibilité de prise de rendez vous en fonction des situations d’urgence.

    • La Maison de l’économie et la Maison de l’Agriculture sont accessibles au 04 75 53 17 47 et à l’adresse contact@montelimar-agglo.fr

    • Pour les séniors, les personnes isolées et le portage des repas, service de la retraite active 04 75 00 26 41 ou retraite.active@montelimar.fr

    • Montélibus : Le service est maintenu pour les usagers avec des fréquences restreintes.

    • Déchets ménagers :
      La collecte des ordures ménagères en porte à porte, en points de regroupement et en points d’apport volontaire est assurée suivant les fréquences habituelles sur tout le territoire.
      La collecte des emballages et papiers, du verre et des cartons est également assurée sur tout le territoire.

    • Déchèteries : Seule la déchèterie des Léonards est ouverte pour assurer un service minimum pour les professionnels et les collectivités.

    • Service de l’eau : Les équipes opérationnelles sont mobilisées pour le suivi des productions et pour toutes les interventions d’urgence (exemples : casses/fuites...) Le Point d’accueil clientèle est fermé au public, numéro d’urgence/dépannage : 04 63 36 10 08 et www.saurclient

    • Assainissement : Le fonctionnement des stations d’épuration et des réseaux est assuré. Une organisation a été mise en place pour assurer le débouchage des réseaux si nécessaire.

    • Pour tout autres renseignements, privilégiez l'envoi d'e-mail à l'adresse accueil@montelimar.fr ou contactez le 04.75.00.25.00 entre 8h30 et 12h et 14h et 16h.

    • Toutes les cérémonies religieuses sont interdites, à l'exception des enterrements, qui peuvent se tenir dans les lieux de cultes et dans les cimetières, en respectant les mesures barrières et en limitant le nombre de personnes présentes.

    • Les cérémonies patriotiques sont annulées jusqu’à nouvel ordre.

      Le second tour des élections municipales est reporté. Un projet de loi organisera le report de ce scrutin à une date ultérieure.

      L’enjeu est de freiner la transmission du virus qui circule désormais sur le territoire français.

      Pour cela, il appartient à chacun de mettre en place les mesures barrières recommandées : se laver très régulièrement les mains, tousser ou éternuer dans son coude, se moucher avec un mouchoir à usage unique qu’il faut mettre ensuite dans une poubelle.

      Le port de masques chirurgicaux est réservé aux personnes malades, à leurs contacts, aux professionnels de santé recevant des personnes malades, aux personnes chargées des secours aux victimes et aux transporteurs sanitaires. Le reste de la population ne doit pas porter de masque. Ils ne doivent pas être demandés aux pharmacies à cette fin.

      Le port de masques FFP2 est réservé aux personnels soignants prioritairement. Une distribution gratuite en pharmacie sera disponible prochainement sur présentation de la carte professionnelle.

      En cas de symptômes (fièvre ou de sensation de fièvre, toux, difficulté à respirer), il est demandé de rester chez soi.

      Contacter un médecin de ville pour signaler votre situation.

      Ne pas appeler le 15 sauf en cas d’urgence vitale !

      Les personnes qui ont été en contact avec un sujet malade mais qui ne présentent pas de symptômes, y compris les personnels de santé, peuvent continuer à travailler.

      A Montélimar, comme partout en France, soyons solidaires et mobilisés dans ce moment important qui doit nous permettre de protéger les plus fragiles d’entre nous.

      Vous êtes nombreux à vous proposer pour aider nos différentes structures dans leurs missions, nous venons de mettre en place une adresse mail pour centraliser vos propositions, initiatives.citoyennes@montelimar.fr.

      Relayez autour de vous ces consignes et ces informations, chacun doit être conscient de la gravité de la situation et je vous invite à veiller sur ceux qui vous sont proches, particulièrement nos ainés pour qui les conséquences de ce virus sont encore plus fortes.

      Je vous tiendrai régulièrement informé de la situation sur notre ville.

      Soyez prudents, prenez soin de vous et de vos proches, lorsque vous n’avez pas d’impératif, restez chez vous.

      Franck Reynier.

      Maire de Montélimar.

      Président de Montélimar Agglomération.

       

  • Qu’est-ce que le coronavirus COVID-19 ?

    Face aux infections, il existe des gestes simples pour préserver votre santé et celle de votre entourage :
        •    Se laver les mains très régulièrement
        •    Tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir
        •    Saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades
        •    Utiliser des mouchoirs à usage unique et les jeter
        •    
        •    Les Coronavirus sont une grande famille de virus, qui provoquent des maladies allant d’un simple rhume (certains virus saisonniers sont des Coronavirus) à des pathologies plus sévères comme le MERS-COV ou le SRAS.
        •    Le virus identifié en janvier 2020 en Chine est un nouveau Coronavirus. La maladie provoquée par ce Coronavirus a été nommée COVID-19 par l’Organisation mondiale de la Santé - OMS. Depuis le 11 mars 2020, l’OMS qualifie la situation mondiale du COVID-19 de pandémie ; c’est-à-dire que l’épidémie touche désormais 110 pays sur une zone étendue.

    •  Quels sont les symptômes du Coronavirus COVID-19 ?

        •    Les symptômes principaux sont la fièvre ou la sensation de fièvre et des signes de difficultés respiratoires de type toux ou essoufflement.

    • Existe-t-il un vaccin ?

        •    Il n’existe pas de vaccin contre le Coronavirus COVID-19 pour le moment. Plusieurs traitements sont en cours d’évaluation en France, en lien avec l’OMS pour être utilisés contre le Coronavirus COVID-19. Dans l’attente, le traitement est symptomatique.

     

    • Comment se transmet le Coronavirus COVID-19 ?    

      •    La maladie se transmet par les postillons (éternuements, toux). On considère donc qu’un contact étroit avec une personne malade est nécessaire pour transmettre la maladie : même lieu de vie, contact direct à moins d’un mètre lors d’une toux, d’un éternuement ou une discussion en l’absence de mesures de protection.  Un des vecteurs privilégiés de la transmission du virus est le contact des mains non lavées. D’où vient le coronavirus COVID-19 ?  Les premières personnes à avoir contracté le virus s’étaient rendues au marché de Wuhan dans la Province de Hubei en Chine. Une maladie transmise par l’animal (zoonose) est donc privilégiée mais l’origine n’a pas été confirmée.
    • Le virus a-t-il muté ?
          •    Selon les dernières données scientifiques, il existerait en effet deux souches circulantes du virus (L et S). La souche S serait plus ancienne que la souche L. À ce stade, rien ne permet de confirmer si la mutation a eu lieu chez l’homme ou chez les hôtes intermédiaires (animal). La souche L serait la souche circulante la plus sévère et la plus fréquente (70% des échantillons testés dans l’étude), tandis que la souche S serait moins agressive et moins fréquente (30% des échantillons). Grâce aux moyens de détection et aux mesures de lutte contre le coronavirus, la circulation de la souche L, plus sévère et donc plus facilement détectable, tend à diminuer.
    • Peut-on attraper la maladie par l’eau ?
          •    A ce jour, il n’a pas été rapporté de contamination par l’eau. Cette maladie est à transmission respiratoire et probablement de l’animal à l’homme, mais la source n’est pas encore identifiée. Existe-t-il des risques liés aux animaux domestiques (d'élevage et familiers) ? Il n'existe aucune preuve que les animaux domestiques jouent un rôle dans la propagation coronavirus COVID-19, le coronavirus à l’origine du COVID-19 (sources OIE, OMS et Anses). Existe-t-il des risques liés aux aliments ? Au vu des informations disponibles, le passage du coronavirus COVID-19 de l’être humain vers une autre espèce animale semble actuellement peu probable, et la possible contamination des denrées alimentaires d’origine animale (DAOA) à partir d’un animal infecté par le COVID-19 est exclue. Les aliments crus ou peu cuits ne présentent pas de risques de transmission d’infection particuliers, dès lors que les bonnes règles d’hygiène habituelles sont respectées lors de la manipulation et de la préparation des denrées alimentaires.
    • Certaines personnes sont-elles plus à risque ?
          •    Comme pour beaucoup de maladies infectieuses, les personnes souffrant de maladies chroniques (hypertension, diabète), les personnes âgées (plus de 70 ans), immunodéprimées ou fragiles présentent un risque plus élevé.  Dans les cas plus sévères, la maladie peut entraîner un décès.
    • Quel est le délai d’incubation de la maladie ?
          •    Le délai d’incubation, période entre la contamination et l’apparition des premiers symptômes.  Le délai d’incubation du coronavirus COVID-19 est de 3 à 5 jours en général, il peut toutefois s’étendre jusqu’à 14 jours. Pendant cette période le sujet peut être contagieux: il peut être porteur du virus avant l’apparition des symptômes ou à l’apparition de signaux faibles.
    • Où sont faits les tests et quel est le délai pour établir un diagnostic ?
          •    Les tests diagnostic du Coronavirus COVID-19 sont effectués dans tous les établissements de santé de références, plusieurs milliers peuvent être effectués chaque jour.  Le test est réalisé uniquement en cas de suspicion de la maladie, validée par le SAMU et par un infectiologue référent. Il s'agit d'un test de biologie spécifique du Coronavirus COVID-19. Le délai pour avoir un résultat est entre trois et cinq heures. Qu’est-ce qu’un établissement de santé de référence - ESR ? Les ESR sont les hôpitaux référents au niveau régional. Ils sont désignés en fonction de capacités d’accueil spécifiques et des ressources humaines et techniques dont ils disposent :
          •    service d’aide médicale urgente (il s’agit du SAMU de coordination zonale)
          •    service d’accueil des urgences
          •    service de maladies infectieuses doté de chambres d’isolement à pression négative
          •    service de réanimation doté de chambres d’isolement
          •    service de pédiatrie doté de chambres d’isolement à pression négative
          •    service de médecine nucléaire
          •    laboratoire d’un niveau de confinement L3
          •    aire permettant de poser un hélicoptère.
          •    Ils fournissent un appui technique aux Agences régionales de santé (ARS) et jouent un rôle d’expertise et de coordination technique auprès des autres établissements de santé pour la gestion des situations sanitaires exceptionnelles.
          •    Qu’est-ce qu’un cas autochtone ?
          •    Un cas autochtone est une personne qui développe la maladie et pour laquelle on n’a pas de notion de voyage dans une zone à risque.
          •    Qu’est-ce qu’un cas contact ?
          •    Le Coronavirus COVID-19 se transmet par des gouttelettes émises par une personne malade, en particulier lors de contacts étroits. Vous êtes considéré comme « cas contact », par exemple, si vous avez partagé le même lieu de vie que le patient malade lorsque celui-ci présentait des symptômes, si vous avez eu un contact direct, en face à face, à moins d’un mètre du patient malade au moment d’une toux, d’un éternuement ou lors d’une discussion, si vous êtes voisin direct du sujet malade dans un avion ou un train, ou si vous êtes resté dans un espace confiné avec lui (voiture individuelle par exemple) au delà de 15 min. Les symptômes peuvent apparaître jusqu’à 14 jours après ce contact, et se manifestent le plus souvent par de la fièvre, accompagnée de toux.
    • Quelles mesures prendre si l’on pense qu’on est un « cas contact » ?
          •     Si vous avez été en contact avec une personne malade du Coronavirus, mais sans que ce contact n’ait été étroit et prolongé (cf définition ci-dessus), les mesures applicables en stade 2 de l’épidémie sont  la réduction des activités sociales et la surveillance de la température. En cas de symptôme, il convient de contacter le 15 pour pouvoir être pris en charge.
          •    Si vous avez été en contact étroit (en face à face, à moins d’un mètre du patient malade au moment d’une toux, d’un éternuement ou lors d’une discussion, si vous êtes voisin direct du sujet malade dans un avion ou un train, ou si vous êtes resté dans un espace confiné avec lui, voiture individuelle par exemple, au delà de 15 min) avec une personne malade du coronavirus, il convient de respecter une quatorzaine stricte, avec auto-surveillance de la température et recours au télétravail dans la mesure du possible.
    • Que se passe-t-il si vous êtes considéré comme un cas suspect en France ?
          •    Si vous êtes suspecté d’être atteint du coronavirus COVID-19 par un professionnel de santé et signalé au 15, le SAMU se met en lien avec un infectiologue référent pour avis. A l’issue d’un questionnaire, vous serez classé en cas possible ou exclu.
    • Comment s’organise la recherche autour du virus en France ?
          •    Le Président de la République a fait un point avec des médecins, des scientifiques des responsables de laboratoires mobilisés pour la recherche contre le coronavirus et les responsables du consortium REACTing, coordonné par l’INSERM et placé sous l’égide d’Aviesan, l’alliance de recherche en sciences du vivant et santé, et mandaté par le gouvernement pour coordonner l’effort de recherche. Le monde de la recherche est totalement mobilisé. Afin de soutenir l’effort de recherche, le ministère des Solidarités et de la Santé et le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation ont annoncé le 5 mars 2020 débloquer 5.5 millions d’euros supplémentaires dédiés au soutien et à la coordination de la réponse scientifique à la propagation du virus, portant l’effort global à 8 millions d’euros.

  • Point de situation en France

    Le ministre des Solidarités et de la Santé, tient un point presse quotidien pour vous informer sur l’évolution de la situation en France.

    Les informations du jour :

    • Le virus est présent sur le territoire national, avec notamment plusieurs zones de regroupement de cas (clusters). Nous sommes actuellement au stade 3 du plan d’actions du Gouvernement qui a pour objectif de prévenir et limiter la circulation du virus.
    • Depuis le 24 janvier 2020, la France compte 25 233 cas confirmés de Coronavirus COVID-19.
    • 1 331 personnes sont décédées depuis le début de l'épidémie.

    Retrouvez le point épidémiologique quotidien sur Santé publique France.

    Un hôpital de référence a été désigné dans chacun des départements et régions d'outre-mer.
    La prise en charge par les autorités sanitaires de cette maladie est identique sur l’ensemble du territoire national, dans les territoires d'outre-mer comme dans l'hexagone.  
    En Polynésie française et en Nouvelle-Calédonie, où les gouvernements sont compétents en matière de santé publique comme de gestion de crise, l'État réaffirme son soutien plein et entier aux collectivités pour les accompagner dans la lutte contre ce virus.

  • Les événements reportés ou annulés à Montélimar

    - Report au 3 octobre 2020  du spectacle Duels à Davidejonatown proposé par Artus

    - Trail urbain reporté au 18 octobre 2020

    - thé dansant du 20 mars annulé

    - expositions prévues en salle d'honneur de l'Hôtel de Ville 24 et 27 mars annulées (Nuances et photos des élèves BAC PRO Forêt CEFA)

    - La foire mensuelle du 18 mars est ANNULEE

    - Cinéma, bars, restaurants, cinéma, discothèques FERMÉS

    - Fête Foraine INTERROMPUE

    - Carnaval - prévu le 28 Mars ANNULÉ

    - Élection Miss Drôme Provençale 2020 - prévue le 28 Mars REPORTÉE / Date non communiquée

    - Match solidaire - prévu le 20 Mars  REPORTÉ / Date non communiquée

    - Irish Celtic - prévu le 21 mars REPORTÉ au 23/01/2021

    - Spectacle Les années 80 - prévu le 13 Mars REPORTE au 16/10/2020

    - Spectacle La Bajon - prévu le 15 mars REPORTE au 14/01/2021

    - Le Lac des cygnes - prévu le 24 mars REPORTE au 23/03/2021

    - Nuit de l'Eau - prévue le 28 mars - REPORTÉE / Date non communiquée

    - Les rencontres culturelles Itinérances sont annulées

    - Tous les événements liés à la Santé Mentale sont reportés au mois d'octobre

  • Les services publics

    - Suite aux directives nationales, les crèches, les écoles, les collèges et les lycées sont fermés jusqu'à nouvel ordre.

    - A partir du jeudi 19 mars, seule la crèche de Montlouis sera ouverte pour  accueillir les enfants de soignants dans le cadre du Service Minimum d'Accueil. Informations : 04 75 92 22 51

    - Pour les déclarations de naissance et de décès, contactez le guichet unique avant de vous déplacer : 04 75 00 25 14
    ou guichet.unique@montelimar.fr

    - Les enfants de parents soignants accueillis jusqu'à aujourd’hui sur les écoles d’origine seront regroupés à l'école de Maubec à partir de jeudi 19 mars. La Préfecture a validé ce dispositif qui va permettre de les accueillir dans les meilleures conditions avec des repas chaud et des équipements adaptés.

    - Mercredi 18 mars, les accueils de loisirs de l'Agglo seront ouverts pour accueillir EXCLUSIVEMENT les enfants des personnels soignants munis d'un justificatif.

    - les établissements petite enfance (crèches, Ram) de Montélimar-Agglomération n'accueillent plus de public. Par conséquent :

    1. pour joindre le Pôle petite Enfance : ppe@montelimar-agglo.fr ou 04 75 92 22 51
    2.  pour le Relais Assistants Maternels :
    • Pour obtenir la liste des Assmats ou questions diverses : ram@montelimar-agglo.fr ou 04 75 92 22 51
    • Pour les questions concernant les agréments : 0426791065.
    • Pour les questions juridiques, inspection du travail 0806000126

    - les déchèteries sont fermées (report à une date inconnue de l'opération de distribution gratuite de compost). Seule celle des Léonards reste ouverte EXCLUSIVEMENT pour les entreprises et les collectivités.

    - la continuité de la collecte des Ordures ménagères et collecte sélective est assurée.

    - Le centre aquatique Aloha est fermé jusqu'à nouvel ordre.

    - La médiathèque intercommunale de Montélimar est fermée à partir du samedi 14 mars, jusqu'à nouvel ordre.

    - L'Auditorium fermé à partir du 14/03/2020

    - Le Conservatoire intercommunal de Montélimar est fermé jusqu'à nouvel ordre

    - Les centre sociaux fermés au public, avec accueil téléphonique, pour Collucci 04.75.01.04.32 et pour Nocaze 04.75.01.94.10, toutes les activités sont annulées jusqu'à nouvel ordre.

    - Toutes les activités du PRE sont également annulées jusqu'à nouvel ordre.

    - Montélibus : suspension de toutes les lignes scolaires jusqu'à nouvel ordre

    - Le CCAS est fermé au public avec accueil téléphonique au 04.75.00.26.02, distribution des courriers sur RV téléphonique.

    - La Retraite active est fermée au public avec accueil téléphonique au 04.75.00.26.52. Tous les ateliers sont annulés jusqu'à nouvel ordre, les sorties également ainsi que le spectacle des aînés du 21 avril prochain.

    - Accueil des enfants de personnel médical dans les écoles d’origines avec service minimum et garderie et restauration scolaire

    - Les services restent joignables par mail à guichet.unique@montelimar.fr pour toutes demandes d'administrés afin de limiter au maximum les déplacements et la promiscuité

    - Seuls les missions régaliennes sont assurées: déclaration de naissance et décès sur rdv, la police municipale assure un service de terrain auprès la population

    - Les équipes techniques n’interviendront que sur réquisition et donc sur des missions essentielles de salubrité et d’hygiène

    - Les déplacements seront donc limités au strict nécessaire et vital

  • Conseils aux voyageurs

    Quelles sont les consignes si je pars en voyage ?

    Compte tenu de l’évolution de l’épidémie de Coronavirus Covid-19, il est préférable de différer les déplacements à l’étranger, dans toute la mesure du possible.
     
    Par ailleurs, pour les voyages vers les zones où le virus circule activement (cf liste des zones d’exposition à risque établie par le ministère de la santé), il convient de se référer aux recommandations spécifiques qui figurent dans les conseils aux voyageurs du pays concerné.
     
    Le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères met régulièrement à jour ses conseils aux voyageurs. Ils sont disponibles sur le site du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (lien) et sont réévalués en fonction de l’évolution de la situation épidémiologique internationale et des mesures prises par les autorités locales.

    Le ministère de l’Éducation nationale indique que tous les voyages scolaires internationaux sont suspendus jusqu’à nouvel ordre ; pour les voyages scolaires en cours, rendez-vous sur le site internet de l’Education nationale.

    Qu’est-ce qu’une zone à risque ? 
    Un pays, ou une région, est considéré comme une zone à risque quand il a franchi le seuil épidémique, c’est à dire que le coronavirus COVID-19 circule activement.
    Les pays concernés sont : 

    • Chine : Chine continentale, Hong Kong, Macao 
    • Singapour
    • Corée du Sud
    • Iran 
    • Italie : régions d’Emilie-Romagne, de Lombardie et de Vénétie

    La liste est régulièrement mise à jour en fonction de l’évolution de la situation.
    Pour plus d’informations, consultez les conseils voyageurs du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.
     


    Quelles sont les mesures mises en place dans les lieux de passage (gares, aéroports, ports) ?
    Un dispositif d’information des voyageurs a été mis en place dans l’ensemble des points de contact des voyageurs. Ce dispositif rappelle les consignes sanitaires pour se protéger du virus et les bons réflexes à adopter en cas de contamination.

    Comment sont pris en charge les éventuels patients symptomatiques à l’aéroport ?

    Ils sont pris en charge par le service médical d’urgence de l’aéroport. Puis ils sont isolés et pris en charge, comme tout cas possible, par le SAMU Centre 15 , conformément aux procédures en vigueur.

  • Les réponses à vos questions

    A quel stade de l'épidémie sommes nous ?

    Nous sommes toujours au stade 2, c’est à dire que le virus circule mais pas sur l’intégralité du territoire. Tout est mis en place pour ralentir le virus et freiner l’épidémie, le plan blanc pour les hôpitaux et le plan bleu pour les EHPAD ont été activés.

    L’accès à la télémédecine est maintenant simplifié et les heures supplémentaires du personnel hospitalier sont déplafonnées pour garantir une prise en charge optimale de chaque malade.

    Il est recommandé de ne pas rendre visite aux personnes fragiles et âgés à domicile comme dans les établissements médico-sociaux. Les mineurs et les personnes malades ne peuvent plus accéder à ces établissements, maternités comprises.

    Les pharmacies sont maintenant autorisées à produire et vendre leur propre solution de gel hydro-alcoolique dont le prix est encadré par arrêté.

    Les prélèvements pour les tests de dépistage du coronavirus sont désormais réalisables par les laboratoires de ville.

    Le stade 2 est renforcé dans les départements de l’Oise et du Haut-Rhin.
    Ainsi des mesures de restrictions supplémentaires ont été prises : 

    • Les crèches et établissements scolaires (écoles, collèges, lycées) seront fermés à partir du lundi 9 mars pour une durée de 15 jours ; 
    • Interdiction de tous les rassemblements sauf ceux essentiels à la vie sociale et démocratique ; 
    • Les personnes fragiles sont invitées dans toute la mesure du possible à rester chez elles ;
    • Incitation aux habitants à recourir au télétravail et à éviter de circuler hors de la zone, ou de rejoindre des rassemblements publics hors de la zone (ces points relèvent de la responsabilité du citoyen face à la propagation d’un virus).

    L’école de mes enfants est fermée, comment faire ? 

    Dans le cadre des fermetures d’écoles dans les zones de circulation active du virus, si vous êtes parent d’un enfant âgé de moins de 16 ans, vous pouvez bénéficier d’un arrêt maladie indemnisé si vous ne pouvez pas bénéficier d’un aménagement de vos conditions de travail vous permettant de rester chez vous pour garder votre enfant. 

    Si vous êtes parent d’un enfant qui doit être maintenu à domicile car résidant dans un foyer de circulation du coronavirus, même si l’établissement qui l’accueille est situé en dehors de cette zone, vous pouvez également bénéficier d’un arrêt indemnisé dans les mêmes conditions.

    À noter qu’un seul des deux parents peut bénéficier d’un arrêt dans ce contexte. 
     

    Quelle est la procédure pour bénéficier de cet arrêt ? 

    La procédure est la suivante :

    • Contactez votre employeur et évaluez avec lui les modalités de télétravail qui pourraient être mises en place ;  
    • Si aucune autre solution ne peut être retenue, c’est l’employeur qui doit, via la page employeur du site dédié https://declare.ameli.fr/, déclarer votre arrêt de travail ;  
    • L’indemnisation est ensuite enclenchée à partir de cette déclaration. Vous percevrez les indemnités journalières et, le cas échéant, le complément de salaire de votre employeur dès le 1er jour d’arrêt, sans application du délai de carence ; 
    • Vous n’avez pas à contacter l’ARS ou votre caisse d’assurance maladie, c’est la déclaration de votre employeur, accompagnée de la transmission des éléments de salaires selon les canaux habituels, qui va permettre l’indemnisation de votre arrêt de travail ;
    • Les employeurs sont invités à pratiquer dans le maximum de cas le maintien de salaire au bénéfice de leurs salariés, auquel cas ils versent le salaire à hauteur du complément sans attendre le versement des indemnités journalières par l’assurance maladie ;
    • Si vous êtes non-salarié (travailleur indépendant ou exploitant agricole), vous déclarez directement votre arrêt sur le site Internet dédié.

    Pourquoi on ne teste plus tous les cas suspects ?
    Dans les territoires où la diffusion du virus est très active, si les cas deviennent très nombreux, les ARS ont la possibilité de lever l’obligation de dépistage systématique. Seuls les patients présentant un état clinique sévère et les résidents des établissements médico-sociaux présentant des symptômes resteront alors soumis à un test dans ces territoires. Il faut bien comprendre que les tests sont utiles pour comprendre où circule le virus, ils deviennent moins indispensables dans les zones de circulation active où c’est la prise en charge sanitaire qui devient centrale.

    Quelles sont les consignes si je présente les symptômes du COVID-19, et que le Samu me demande de rester à mon domicile ?
    Si un médecin prescrit un isolement, il est demandé de limiter au maximum ses déplacements, à savoir les transports en commun, le lieu de travail et les lieux publics, à l’exception de rendez-vous médicaux. Dans ce cas, les malades doivent porter un masque, prévenir en amont le personnel soignant de leur arrivée et signaler leur condition.
    Au sein du logement : il est conseillé de rester dans une pièce spécifique, en évitant les contacts avec les autres occupants du domicile. Si possible, une salle de bain et des toilettes spécifiques sont à privilégier.
    Dans le cas contraire, il est recommandé de porter un masque, de se laver les mains fréquemment, de ne pas toucher d’objets communs et de laver quotidiennement les surfaces fréquemment touchées (poignées, etc.). Il est déconseillé de recevoir de visites sauf indispensables, comme les aidants à domiciles. Enfin, les livraisons à domicile sont possibles, en laissant le colis sur le palier.
    Seul les cas confirmés sont signalés aux ARS. Ce signalement est fait par les laboratoires et centres de référence.


    Où circule le Coronavirus COVID-19 en France ?

    Il existe plusieurs départements où se trouvent des zones de regroupements de cas (clusters) :

    • Oise
    • Haute-Savoie
    • Morbihan
    • Haut-Rhin
    • Corse du Sud
    • Aude 
    • Calvados
    • Hérault

    Le 11 mars 2020, le ministre de la Santé a annoncé la mise en place de mesures contraignantes visant à freiner la propagation du virus en Corse, ainsi que dans 16 communes de l’agglomération de l'Herault. Ces mesures concernent la fermeture de tous les établissements scolaires et les crèches pour une durée de 14 jours, ainsi que la limitation des rassemblements de plus de 50 personnes, sauf ceux qui sont essentiels à la vie sociale et démocratique. Les personnes fragiles (personnes âgées, personnes vulnérables, personnes malades) sont également invitées à rester chez elles.
     

    Les événements et rassemblements sont-ils annulés ?

    Afin de freiner la propagation du virus, à l'échelle nationale, tous les rassemblements de plus de 1 000 personnes, à l'extérieur et à l'intérieur, sont désormais interdits, sauf pour les évènements indispensables à la continuité de la vie de la Nation. Sont notamment inclus dans l’exception : les manifestations, les concours, les meetings électoraux, ou encore le recours aux transports en commun.

    Un recensement sera fait par les ministères et les préfets pour arrêter très rapidement la typologie de ces évènements, qui fera l’objet d’une circulaire. Les rencontres sportives en milieu ouvert sont désormais incluses dans le champ de l’interdiction (sauf bien sûr si le huis clos les ramène sous le seuil des 1000)

    Les élections municipales seront-elles maintenues ?
    Le 9 mars, le ministre de l’Intérieur a pris une circulaire permettant de garantir la tenue des élections municipales et communautaires des 15 et 22 mars, dans le contexte du COVID-19. Les mesures de la circulaire visent à assurer la protection sanitaire des électeurs comme des responsables des opérations électorales au sein des bureaux de vote.

    Mes enfants rentrent d’une zone à risque, peuvent-ils aller à l’école ? 

    Si vos enfants ne présentent pas de symptômes, ils peuvent être envoyés à la crèche, à l’école, au collège, au lycée ou tout autre accueil collectif type association sportive. Leur température doit toutefois être surveillée 2 fois par jour.

    Comment me protéger du coronavirus COVID-19 ?

    Face au coronavirus, il existe des gestes simples pour préserver votre santé et celle de votre entourage :

    • Se laver les mains très régulièrement
    • Tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir
    • Saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades
    • Utiliser des mouchoirs à usage unique et les jeter.

    Combien coûte le gel hydro-alcoolique ? 

    Le prix du gel hydro-alcoolique est encadré depuis le 6 mars 2020 par décret : 

    • 2 € TTC maximum les 50 ml
    • 3 € TTC maximum les 100 ml
    • 5 € TTC maximum les 300 ml
    • 15 € TTC maximum le litre

    Les pharmacies pourront prochainement vendre leur propre solution de gel hydro-alcoolique.
     

    Dois-je porter un masque ?

    Les professionnels de santé, de secours ou de transport sanitaire, intervenant auprès des malades, doivent porter des masques chirurgicaux.

    Comme pour l’épisode de grippe saisonnière, les "gestes barrières" sont efficaces.

    La réquisition des masques concerne-t-elle toute la production française et les stocks des ministères ?

    Oui, sont réquisitionnés les stocks de masques anti-projections et de protection respiratoire de type FFP2 ainsi que ceux qui seront produits jusqu’au 31 mai 2020.

    Puis-je prendre les transports en commun ?

    Il n’y a aucune contre-indication à ce que vous vous déplaciez en transport en commun. Pensez à vous laver les mains avant et après avoir pris les transports en commun, et tout au long de la journée.

    Les conséquences de l’épidémie

    Quelles sont les conséquences économiques pour la France ?

    En fonction de sa durée et de son ampleur, le Coronavirus COVID-19 aurait un impact de plusieurs dixièmes de point de PIB sur l’année 2020 (estimation du ministère de l’économie et des finances qui peut varier en fonction du développement de l’épidémie). Les conséquences économiques de cette épidémie touchent en particulier :

    • certaines chaînes de production industrielles qui rencontrent des difficultés d’approvisionnement.
    • le secteur de l’événementiel, du tourisme, de l’hôtellerie, de la restauration, des transports, de l’automobile, du luxe et de la mode.

    Y a-t-il un risque de pénurie de médicaments ?

    A ce stade, aucun problème d'accès aux médicaments n'a été signalé en relation avec l'épidémie de Coronavirus COVID-19 en France, ni en Europe. Néanmoins, l’industrie pharmaceutique mondiale est très dépendante des activités de production en Asie. Si l’épidémie devait se poursuivre pendant une longue période, des impacts sur la disponibilité de certains médicaments ne seraient pas à exclure. Le ministère des Solidarités et de la Santé suit de près l’évolution de cette situation, avec l’aide de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament.

    Retour aux questions fréquentes

    Les produits venant de zones à risque

    Est-ce que le Coronavirus COVID-19 survit dans le milieu extérieur ? Y a-t-il un risque avec les objets/colis importés de zones à risque ?

    Au vu des données disponibles sur la survie des coronavirus le risque d’être infecté par le Coronavirus COVID-19 en touchant un objet importé d’une zone à risque est considéré comme extrêmement faible.

    Les mesures d’hygiène standard (lavage des mains, nettoyage de surfaces) sont efficaces.

    Il n’y a donc pas de contre-indication à se faire livrer des colis de Chine.

    Y a-t-il des mesures particulières pour les médicaments produits en Chine ?

    Il n’y pas de restriction particulière concernant l’utilisation des médicaments provenant de la Chine.

    Retour aux questions fréquentes

    La situation à l’international

    Que fait l’Europe ? 

    Les ministres de la santé de l’Union Européenne et la Commission Européenne échangent régulièrement pour faire un point de situation sur l’épidémie de coronavirus COVID-19 et se coordonner sur les mesures prises en terme de confinement ou d’organisation du système de santé.
    Les membres l’Union Européenne se coordonnent pour organiser leurs besoins en matériels médicaux, en passant par exemple, des marchés communs. De nouveaux projets de recherches sont également lancés ainsi que la mise en place d’un conseil scientifique européen.

    Qu’est-ce qu’une USPPI ?

    Le Comité d'urgence convoqué par le Directeur général de l'OMS a estimé le 30 janvier que l’épidémie de Coronavirus COVID-19 constituait une urgence de santé publique de portée internationale (USPPI). La déclaration d’une USPPI est une mesure de reconnaissance des risques nationaux et régionaux éventuels et de la nécessité d’intensifier et de coordonner l’action pour les gérer.

    Pour la France cela signifie :

    • Mettre en alerte le système de santé (Agences régionales de santé, agences nationales de sécurité sanitaire, SAMU, établissements de soins, professionnels de santé) et diffuser rapidement toutes les informations nécessaires pour garantir une prise en charge optimale des malades.
    • Renforcer l’information et la sensibilisation de la population pour s’assurer de son engagement et de sa pleine participation à la stratégie de riposte.
    • Renforcer le dépistage sur le territoire national pour garantir qu’aucun contact n’est oublié et améliorer la qualité du dépistage moyennant une amélioration du partage des informations avec les équipes de surveillance.
    • Renforcer la surveillance en vue de réduire le délai entre la détection et la prise en charge des malades et leur isolement. Mettre en place des autorisations exceptionnelles pour les médicaments et les vaccins qui n’auraient pas d’autorisation de mise sur le marché (AMM).
    • Mettre en œuvre rapidement les stratégies vaccinales susceptibles de faire reculer la propagation de cette maladie telles que les recommande le Groupe stratégique consultatif d’experts (SAGE) de l’OMS sur la vaccination.
    • Continuer à collaborer et à améliorer la coordination avec les Nations-Unies et les partenaires, créer un environnement propice pour les opérations de santé publique, pour accélérer les efforts de lutte contre la maladie.

    Retour aux questions fréquentes

    Retour et confinement

    Quelles opérations de retour ont été effectuées jusqu’à présent ?

    La France a procédé, en relation avec les autorités chinoises, à plusieurs opérations de retour des Français qui le souhaitaient par voie aérienne directe depuis Wuhan. 

    L’ensemble des ressortissants français de ces trois vols ont été confiné dans les lieux d’accueil et suivi par une équipe médicale pendant 14 jours (période maximum d’incubation du virus).

    Concernant les ressortissants français encore à Wuhan et dans la province du Hubei, le consulat général de France à Wuhan est en contact avec eux.

    Le consulat de France à Wuhan met à jour régulièrement son site internet, tout comme le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

    Retour aux questions fréquentes

    Plan et gestion de crise

    Quels sont les trois stades de gestion de l’épidémie de Coronavirus COVID-19 en France ?

    Stade 1 :
    Le stade 1 prévoit de freiner l’introduction du virus sur le territoire national. Il correspond à la mise en alerte du système de santé. Les autorités sanitaires sont mobilisées pour isoler les malades, détecter et identifier rapidement les cas contact, et prendre en charge les cas graves dans les établissements de santé habilités.
    Des mesures très strictes ont été prises, pour contrôler les retours des zones infectées et réagir rapidement sur les premiers cas, comme aux Contamines (Haute-Savoie, 74).
    Notre pays a franchi le stade 2 du plan de prévention et de gestion défini par les autorités. De nombreux cas secondaires aux cas importés sont détectés et pris en charge.
    Le passage du stade 1 au stade 2 implique une adaptation du plan d’actions du Gouvernement.

    Stade 2 :
    L’objectif des pouvoirs publics est de freiner la propagation du virus sur le territoire et d’empêcher ou, tout du moins, de retarder aussi longtemps que possible le passage au stade 3.
    Le virus n’est pas à ce stade en circulation active sur le territoire (stade 3). La stratégie consiste à prendre en charge les patients dans le cadre d’un parcours de soins sécurisé avec l’identification et la surveillance des personnes contacts. L’organisation des soins est plus largement mobilisée avec notamment le déclenchement d’une deuxième ligne d’établissements de santé. Les activités collectives sont impactées.

    Quelles sont les mesures prises dans le stade 2 de la gestion du coronavirus COVID-19 ?

    Certaines mesures, propres au stade 1, n’ont plus de raison d’être.

    Le virus ne vient plus seulement de Chine et d’Italie. Il circule déjà au sein de plusieurs regroupements de cas en région.

    Il n’y a donc plus de quatorzaine pour les personnes revenant d’une zone à risque mais des mesures de réduction sociale (ne pas rendre visite aux personnes fragiles, ne pas aller dans des rassemblements, au cinéma ou encore au restaurant…)
    La quatorzaine est toutefois maintenue pour les cas contacts à haut risque.
    A ce titre :

    • Nous continuons à déconseiller fortement les voyages ou déplacements non nécessaires.
    • Mais nous pouvons lever des contraintes qui ne se justifient plus et en particulier, les élèves en retour de Lombardie, et de Vénétie ou d’Emilie-Romagne vont pouvoir retourner à l’école.

    En revanche, nous décidons de mesures plus contraignantes pour les zones de regroupement de cas (cluster) :

    • Tous les rassemblements collectifs vont être interdits jusqu’à nouvel ordre.
    • Fermeture des établissements scolaire pour investigation.
    • Recommandation aux habitants de limiter leurs déplacements : cela veut dire qu’ils peuvent se déplacer pour se nourrir, pour faire leurs courses, mais qu’ils ne doivent pas se rendre à des rassemblements, au restaurant ou encore en cinéma et privilégier le télétravail. Il est également demandé d’éviter tout contact avec les personnes fragiles (femmes enceintes, malades chroniques, personnes âgées…) et les lieux où ils se trouvent : hôpitaux, maternités, structures d’hébergement pour personnes âgées…

    Les mêmes mesures sont applicables dans la commune de La Balme en Haute-Savoie et les communes d’Auray, Crac’h, Carnac et Mulhouse.

    Pour le reste du territoire national, le Gouvernement a également décidé une série de mesures raisonnables mais plus contraignantes:

    • Toujours avec l’objectif de limiter la diffusion du virus par le brassage des populations, le gouvernement a décidé d’adopter une politique de prévention plus stricte en matière de rassemblements. Hors Clusters, tous les rassemblements de plus de 1000 personnes en milieu confiné seront annulés et les préfets recevront des indications pour annuler également, en lien avec les maires, les rassemblements, y compris en milieu ouverts, quand ils conduisent à des mélanges avec des personnes issues de zones où le virus circule possiblement. A ce titre, par exemple, nous allons, en lien avec la maire de Paris et le maire de Cannes, annuler le semi-marathon de Paris demain ainsi que le MIPIM à Cannes du 10 au 13 mars ou le Carnaval d’Annecy du 6 au 8 mars.

    Stade 3 : Le virus circule largement dans la population.

    Le stade 3 ou stade épidémique correspond à une circulation active du virus. La stratégie repose alors sur l’atténuation des effets de l’épidémie. L’organisation prévoit la mobilisation complète du système sanitaire hospitalier et de ville, ainsi que les établissement médico-sociaux pour protéger les populations fragiles, assurer la prise en charge des patients sans gravité en ville, et des patients avec signes de gravité en établissement de soins. Les activités collectives sont fortement impactées.

    Combien de temps vont durer les mesures prises pour lutter contre le Coronavirus COV-19 ?

    Les mesures prises pour limiter la diffusion du virus sont provisoires. Le Gouvernement est prêt à les faire évoluer en fonction de l’évolution de la situation.

    Devrons-nous rester confinés si la France passe le stade 3 dans la gestion du Coronavirus COVID-19 ?

    Au stade 3, la vie du pays devra continuer et notre pays gèrera l’épidémie. La France s’appuie sur un système de santé efficace.

    Existe-t-il un stade 4 ?
    Oui, c’est le stade du retour progressif à une situation normale.

    A quel niveau du plan blanc est-on ?
    Dans la logique de mobilisation et de mise sous tension des établissements de santé et médico-sociaux pour faire face à l’épidémie du COVID-19, le Premier ministre a annoncé le 6 mars le déclenchement du Plan blanc dans tous les hôpitaux et cliniques de France et le Plan bleu pour les Ehpad. Ces plans sont déclenchés par le directeur de l’établissement de santé. Ils seront donc mis en place progressivement: les établissements de santé et médico-sociaux déclencheront leur plan de mobilisation interne, qui correspond au démarrage de leur plan blanc pour les hôpitaux et les cliniques, de leur plan bleu pour les EHPAD et autres établissements médico-sociaux. Aujourd’hui, le niveau 1 est lancé qui est en fait la mobilisation générale des établissements en vue de lancer le Plan Blanc.

    Qu’est-ce que le plan blanc ?

    Le plan blanc est une organisation spécifique d'urgence sanitaire et de crise permettant d’enclencher la mise en œuvre rapide et rationnelle des moyens indispensables en cas d'afflux de patients dans un établissement hospitalier. Il est inscrit dans la loi depuis 2004.

    Le plan blanc répond à quatre grands objectifs face à une situation de crise :

    • Mobiliser l’établissement de santé pour répondre à une situation de crise ;
    • Mobiliser les professionnels de santé ;
    • Mobiliser les moyens matériels et logistiques de l’établissement ;
    • Adapter l’activité médicale de l’établissement.

    Qu’est-ce que le plan bleu ? 

    Le plan bleu est un plan spécifique d'urgence sanitaire et de crise pour les établissements médico-sociaux il comprend :

    • une mobilisation particulière sur l’hygiène,
    • la lutte contre le risque d’isolement,
    • le dimensionnement en personnel si nécessaire.

    Il est demandé dès sa mise en place un plan de continuité d’activité.

    Quels sont les dispositifs mis en place dans les EHPAD ? 
    Les personnes âgées constituent un public fragile et vulnérable face au virus.
    Le dispositif de protection à mettre en place par tous pour protéger les résidents et limiter la contamination est le suivant :

    • Renforcement des gestes barrières (lavage des mains réguliers) pour ralentir la progression de l’épidémie.
    • Réduction massive des visites : enfants de moins de 15 ans, proches ou extérieurs présentant des symptômes ou malades.

    Les professionnels des EHPAD sont également mobilisés afin de modifier les habitudes au sein de ces structures.

    Cela comprend notamment :

    • La réduction des activités collectives et les sorties, et éviter les contacts avec les personnes malades au sein de l’établissement.
    • La détection très rapide de tout cas suspects et isolement de la personne en attendant confirmation.

    Le 11 mars 2020, le ministre de la Santé a annoncé la suspension de l’intégralité des visites extérieures en EHPAD et en unité de soins longue durée. Dans les résidences autonomie, les visites sont fortement déconseillées. Des exceptions pourront être décidées par le directeur pour des situations exceptionnelles. Ces restrictions devront durer tant que la situation sanitaire l’exige, et seront accompagnées de mesures pour rendre cette situation plus simple pour les personnes âgées et leur proche (par exemple, par la mise en place de visioconférences).

    Et pour les établissements de santé ?
    Dans les établissements de santé, il convient de limiter les visites auprès des patients à une seule personne, interdire les visites des personnes mineures et bien évidemment interdire les visites de toute personne malade y compris dans les services de maternité.

    Quels sont les assouplissements de règles pour la télémédecine ? 
    Afin de renforcer les canaux de consultation de médecine de ville pour les patients présentant les symptômes de l’infection ou reconnus atteints du COVID-19 : il n’est plus nécessaire de passer par son médecin traitant ou d’avoir eu une consultation présentielle au cours des 12 mois précédant la réalisation d’une consultation à distance pour que la téléconsultation soit prise en charge par l’assurance maladie (télémédecine).

    Pourquoi les heures supplémentaires des professionnels de santé sont-elle déplafonnées ? 
    Le déplafonnement des heures supplémentaires pour les professionnels de santé à l'hôpital, leur permet de pouvoir plus facilement assurer la continuité des soins dans les services dans cette situation exceptionnelle.

    Quels sont les dispositifs mis en place dans les établissements pénitentiaires ? 
    L’ensemble des mesures de sécurité et d’hygiène recommandées par le ministère des solidarités et de la santé pour limiter la propagation du COVID-19 sont mises en oeuvre au sein de l’établissement afin de protéger les personnes détenues, les personnels pénitentiaires et les visiteurs.
    Afin d’éviter l’entrée du virus dans les établissements et de protéger les personnes qui s’y trouvent, les visiteurs ne peuvent pas accéder à l’établissement pénitentiaire et sont invités à se signaler au personnel si :

    • ils ont été en contact avec une personne infectée par le coronavirus,
    • ils ont voyagé dans l’une des zones géographiques exposées au coronavirus.

    Si le visiteur n’est pas concerné par ces situations : une fois au sein de l’établissement pénitentiaire, l’ensemble des mesures de sécurité et d’hygiène recommandées par le ministère des solidarités et de la santé est mis en oeuvre.
    Des documents d’information sont diffusés auprès des personnes en détention afin de les informer de la situation sanitaire et des consignes d’hygiène à suivre.

     

     

    L’AP-HP rappelle des retraités qui viennent de partir. Tous les hôpitaux vont-ils faire de même ?

    La possibilité leur est donnée de le faire, en fonction de leurs besoins. Pour rappel, comme dans le cadre de la mobilisation de la réserve sanitaire, la mobilisation de professionnels de santé s’organise depuis plusieurs jo
    urs. Selon les régions et les moyens humains disponible des professionnels de santé volontaires comme des directeurs d'hôpital, médecins, psychologues, pharmaciens, infirmiers, ambulanciers. Ils peuvent être en activité, sans emploi, à la retraite ou en formation (étudiant).

  • Numéros utiles

    Un numéro vert répond à vos questions sur le Coronavirus COVID-19 en permanence, 24h/24 et 7j/7 : 0 800 130 000.

    Attention, la plateforme téléphonique n’est pas habilitée à dispenser des conseils médicaux, si vous présentez des signes d’infections respiratoires dans les 14 jours suivant votre retour de Chine (Chine continentale, Hongkong, Macao), de Singapour, de Corée du Sud, d’Iran ou des régions de Lombardie et de Vénétie en Italie, il faut contacter le 15 ou le 114 pour les personnes ayant des difficultés à parler ou entendre.
     

    J’habite à l’étranger, qui appeler ?

    L’Ambassade et consulat de votre lieu de résidence est à votre disposition pour répondre à l’ensemble de vos questions. Par ailleurs, le ministère met à jour régulièrement son site de conseils aux voyageurs.

  • Fermeture d'établissements privés

    Le Premier ministre Edouard Philippe a notamment annoncé la fermeture dès minuit "des lieux recevant du public" et "non indispensables à la vie du pays", samedi 14 mars, lors d'une déclaration au ministère de la Santé.

    Cela concerne notamment les restaurants, cafés, cinémas et discothèques. Les lieux de culte resteront ouverts mais "les rassemblements et les cérémonies devront être reportés". Les commerces sont également concernés par cette fermeture, à l'exception de ceux qui sont jugés "essentiels". Resteront ouverts les magasins et marchés alimentaires, les pharmacies, les stations-essence, les banques et les bureaux de tabac et de presse. Les services publics restent également ouverts. 

  • INSCRIPTION SCOLAIRE

    Le dossier d'inscription scolaire est à télécharger sur le site de la Ville de Montélimar en cliquant ici.

    Ce dossier ne peut être rempli directement sur l'ordinateur, vous devez l'imprimer, le remplir à la main et nous le retourner par scan avec les pièces obligatoires suivantes :

    • Justificatif de domicile,
    • Livret de famille (Page parent(s) et page enfant(s) à inscrire) ou acte de naissance de l'enfant,

    sur le mail suivant :

    guichet.unique@montelimar.fr

    Pour les personnes ne disposant pas d'imprimante scanner, vous pouvez nous renvoyer le dossier dûment rempli avec les deux pièces présentées ci-dessus, par voie de courrier, à l'adresse suivante :

    Guichet Unique,
    Hôtel de Ville
    Place Emile Loubet
    BP 279 Montélimar Cedex

    ou faire une photo desdites pièces avec votre téléphone portable et nous envoyer le tout par mail, même adresse que ci-dessus.

    Les demandes de dérogation pourront être envoyées ultérieurement car elles ne seront pas traitées avant le mois de juin.


les élections du second tour sont repoussées au 21 juin 2020

Les élections municipales du 1er tour sont maintenues

 

Au vu du contexte national, et afin que le scrutin des 15 et 22 mars se déroule dans de bonnes conditions, il est rappelé les mesures suivantes :

En 1er lieu, les mesures barrières recommandées par les autorités de santé publique :

  • Saluer sans se serrer les mains,
  • Eviter les embrassades,
  • Se laver les mains très régulièrement,
  • Tousser et éternuer dans son coude,
  • Utiliser des mouchoirs à usage unique

 
Ces mesures seront rappelées par un affichage dans chaque bureau de vote.

En 2nd lieu, le ministère a communiqué des recommandations relatives à l’organisation physique des bureaux de vote, de façon à ce que la gestion des files d’attente et flux au sein de chaque bureau de vote limite les situations de promiscuité prolongée. Les électeurs pourront également être invités à utiliser l’ensemble des plages horaire d’ouverture des bureaux de vote, certaines tranches horaires étant traditionnellement marquées par une forte affluence.
 
La disposition des bureaux sera donc adaptée afin de tenir compte de ces recommandations :

  • Matérialisation de lignes de courtoisie à différents points du bureau afin de préserver une distance d’environ 1 m entre les personnes
  • Limiter l'accès aux bureaux de vote à 15 électeurs,
  • Modification de l’installation des isoloirs si la configuration des lieux le permet afin d’éviter la manipulation des rideaux
  • Mise à disposition de gel hydro-alcoolique

Pour raison médicale, certaines personnes pourraient être amenées à porter un masque. Il appartiendra à chaque président de bureau de vote de faire preuve de discernement quant aux modalités de contrôle de l’identité des électeurs concernés eut égard aux circonstances particulières qui les conduisent à porter un tel masque.
 
S’agissant des surfaces de contact que constituent les bulletins de vote, les stylos utilisés pour l’émargement, le nettoyage régulier des bureaux de vote ou des machines de vote, la ville a prévu des bombes désinfectantes et des lingettes désinfectantes, et encouragera chaque électeur à venir avec son stylo pour émarger.