Rechercher
Rechercher

Point de situation

COVID 19 - POINT DE SITUATION SUR LES ÉCOLES

A Montélimar, nous avons la volonté d’ouvrir les écoles, pour accompagner les familles dans le déconfinement et pour permettre le redémarrage de l’activité économique.

"Les familles vont avoir le choix de remettre, ou pas, leurs enfants à l’école" annonce Franck Reynier, Maire de Montélimar.
Pour lui, la volonté de la Ville est claire : "nous souhaitons ouvrir les écoles pour accompagner les familles dans le déconfinement et pour permettre le redémarrage de l’activité économique."

Mais la réouverture ne se fera que s’il est possible de le faire dans des conditions parfaites de sécurité sanitaire, pour les enfants, pour les enseignants, et pour les agents qui interviennent dans les écoles.

Cette semaine nous allons continuer à diagnostiquer et à évaluer la situation.

  • Adaptation des classes pour assurer la distanciation physique.
  • Recensement de la présence des enseignants, des agents, pour définir les capacités d’accueil.
  • Possibilité d’appliquer le protocole sanitaire de réouverture des écoles maternelles et élémentaires défini par l’Éducation Nationale.
  • Modalités d’organisation au sein de chaque école, accueil aux entrées, sanitaires pour le lavage fréquent des mains, déplacements au sein de l’école, cantine, temps de récréation…

Il est important que les parents indiquent aux enseignants, qui vont les contacter, si leurs enfants vont reprendre ou pas l’école.

"Au vu de l’ensemble de ces éléments, et si les conditions d’accueil le permettent, nous prendrons la décision en fin de semaine d’ouvrir ou de ne pas ouvrir les écoles de Montélimar" conclut Franck Reynier.


Ré-ouverture des déchèteries aux particuliers

Consulter les conditions d'ouverture avant de se déplacer

Emmanuel Macron a annoncé le prolongement du confinement en France jusqu'au 11 mai

Lors de l’allocution télévisée du 13 avril, depuis l’Élysée, le président Emmanuel Macron a annoncé, le prolongement du confinement « jusqu’au lundi 11 mai », la possibilité de tester toutes les personnes symptomatiques à partir de cette date et une « aide exceptionnelle aux familles les plus modestes ».

A Montélimar, le couvre feu est de fait prolongé. A noter, le président a demandé aux personnes les plus vulnérables de rester confinées après le 11 mai​.

Parmi les principales annonces :

Réouverture « progressive » des établissements scolaires
« À partir du 11 mai, nous rouvrirons progressivement les crèches, les écoles, les collèges et les lycées », a indiqué Emmanuel Macron.
En revanche, les établissements d’éducation supérieure ne seront accessibles physiquement qu’à partir de l’été. « Le gouvernement précisera pour chacun la bonne organisation qui sera nécessaire, en particulier pour les examens et les concours », a-t-il expliqué.

Lieux publics fermés au-delà du 11 mai
« Les bars, restaurants, cafés, hôtels, cinémas, théâtres, salles de spectacles et musées resteront fermés à ce stade », a précisé Emmanuel Macron. Il en va de même pour les festivals et événements culturels qui, eux, n’auront pas lieu « avant la mi-juillet ».

Des tests pour les personnes « ayant des symptômes » et des « masques grand public »
Le président a reconnu « des ratés et des faiblesses » quant à l’accès aux masques et aux équipements nécessaires à la crise. Il a indiqué qu’à partir du 11 mai, le pays sera en capacité d’effectuer des tests de dépistage pour toutes les personnes avec des symptômes. « D’ici là et dans les prochaines semaines, nous allons continuer d’augmenter le nombre de tests chaque jour », a affirmé Emmanuel Macron. « Les personnes ayant le virus pourront ainsi être mises en quarantaine, prises en charge et suivies par un médecin », a-t-il ajouté.

À partir du 11 mai également, en « lien avec les maires, l’État devra permettre à chaque Français de se procurer un masque grand public » pour se protéger du coronavirus, a indiqué le chef de l’État (voir page 11).

Des aides aux entreprises et aux plus modestes
Emmanuel Macron a évoqué «un plan spécifique pour les secteurs qui, comme le tourisme, l’hôtellerie, la restauration, la culture et l’événementiel, seront durablement affectés». Il a ainsi parlé de mettre en place des «annulations de charges et des aides spécifiques».
Il a souhaité que les banques puissent « décaler toutes les échéances beaucoup plus massivement qu’elles ne l’ont fait » et insisté que « les assurances [devaient] être au rendez-vous ».
Le président français a également annoncé une « aide exceptionnelle aux familles les plus modestes » et aux « étudiants précaires ».

 


APPEL À LA RESPONSABILITÉ DE CHACUN POUR LE BIEN-ÊTRE DE TOUS

En cette période compliquée pour tout le monde, chacun doit faire des efforts afin de maintenir le vivre-ensemble. Pour cela, il faut vraiment limiter les déplacements au strict nécessaire, mais aussi veiller à la situation sanitaire des espaces publics (tous les services sont réduits du fait du confinement et des disponibilités des agents), en déposant ses ordures ménagères dans des sacs fermés, en ne faisant pas de dépôts sauvages, n'importe où même auprès des colonnes de tri, et bien entendu en ne laissant pas les excréments de ses animaux non ramassés. MERCI

POINT DE SITUATION

Le 27 mars 2020, le Premier ministre a annoncé le renouvellement du confinement pour deux semaines supplémentaires, soit jusqu’au mercredi 15 avril. Les mêmes règles que celles actuellement en vigueur continueront à s’appliquer. Cette période de confinement pourra être prolongée si la situation sanitaire l’exige.

En application de l’état d’urgence sanitaire, les déplacements sont interdits sauf dans les cas suivants et uniquement à condition d'être munis d'une attestation pour :

  • Déplacements entre le domicile et le lieu d’exercice de l’activité professionnelle, lorsqu’ils sont indispensables à l’exercice d’activités ne pouvant être organisées sous forme de télétravail ou déplacements professionnels ne pouvant être différés.
  • Déplacements pour effectuer des achats de fournitures nécessaires à l’activité professionnelle et des achats de première nécessité, y compris les acquisitions à titre gratuit (distribution de denrées alimentaires…) et les déplacements liés à la perception de prestations sociales et au retrait d’espèces, dans des établissements dont les activités demeurent autorisées.
  • Consultations et soins ne pouvant être assurés à distance et ne pouvant être différés  ; soin des patients atteints d'une affection de longue durée.
  • Déplacements pour motif familial impérieux, pour l’assistance aux personnes vulnérables ou la garde d’enfants.
  • Déplacements brefs, dans la limite d'une heure quotidienne et dans un rayon maximal d'un kilomètre autour du domicile, liés soit à l'activité physique individuelle des personnes, à l'exclusion de toute pratique sportive collective et de toute proximité avec d'autres personnes, soit à la promenade avec les seules personnes regroupées dans un même domicile, soit aux besoins des animaux de compagnie.
  • Convocation judiciaire ou administrative.
  • Participation à des missions d’intérêt général sur demande de l’autorité administrative.